Discussions

Il y a beaucoup à observer et discuter dans les multiples épisodes des jumelles, Olivier & Priscille. Nous avons commencé sur cette page. Joignez-nous avec vos idées et commentaires!

——————————————————————————————-

Changements sociétaux

Plusieurs épisodes de cette série couvrent (volontairement ou non) des changements sociétaux importants qui ont eu lieu lors de ces décénnies nommées les Trente glorieuses. On peut par exemple citer :

  • L’apparition des supermarchés et leurs effets sur les petits commerçants (voir Le Client à toujours raison).
  • L’envoi d’ingénieurs experts (avec famille !) dans le monde entier afin de participer à l’élaboration de grands chantiers. En fait, dans 15 épisodes les jumelles voyagent avec Olivier dans le cadre de ses activités professionnelles à l’étranger. Tour à tour, Olivier va travailler (entre autres) sur :
    • L’énergie géothermale et hydro-électrique,
    • L’agronomie,
    • Le développement de mines,
    • Et l’extraction du pétrole.
  • L’évolution des moyens de transport. Par exemple, dans plus de quinze épisodes, la famille va d’un endroit à l’autre en paquebot au lieu de prendre l’avion.
  • Autre détail: Olivier fume la pipe et parfois aussi une cigarette, et ceci tout au long des aventures. Si cela n’est plus accepté de nos jours dans une bande dessinée pour jeunes lecteurs, c’était très commun à l’époque comme on peut le voir dans Les Belles histoires de l’Oncle Paul, Les premiers Lucky Luke, les Blake et Mortimer et certains des premiers Spirou et Fantasio – pour ne nommer que ces exemples là. Note: De plus, Colette essaie de fumer une cigarette, dans L’Oreille de la louve!
  • Les changements d’attitudes (et lois) par rapport à la sécurité (quelques exemples sont inclus ci-dessous) :
    • Les skieurs ne portent pas de casques, et ce tout au long de leurs aventures.
    • Personne ne porte de ceinture de sécurité :
      • en voiture, du début à la fin.
      • ainsi qu’en avion.
    • Les jumelles acceptent des objets d’inconnus pour aller dans l’avion, comme dans La Case qui vole au vent.
    • Et elles suivent régulièrement des inconnus, ce qui leur cause souvent bien des surprises désagréables.
  • Au point de vue environnemental (comme dans les films de Disney) les environnements urbains sont plus présents dans les aventures des jumelles au fil du temps. Jusqu’à l’épisode Les Jumelles contre Annibal, 28 épisodes se passent dans la nature contre 16 en ville. Pour la suite des épisodes, 24 se passent dans la nature et le même nombre en ville.
  • Une note plus légère pour terminer ce sujet : nos auteures se moquent gentiment des concours littéraires un peu snob dans La Tête de Socrate.
  • Au sujet des animaux : Il semblerait que nos auteures aient d’abord eu une légère préférence pour les chiens par rapport aux chats. En effet, des chiens sympathiques et aidants apparaissent dans plus de douze épisodes (sauf lorsqu’ils ont été dressés pour attaquer). Par contre, jusqu’en 1971, peu d’épisodes contiennent des chats et ils sont presque tous difficiles. Soulignons en particulier :
    • Le chat râleur dans l’avion de l’épisode Le Puma aux yeux d’escarboucles,
    • Le chat qui vole de la nourriture dans Le Chien du crépuscule,
    • Le chat (Patchouli-Chinchilla !) qui s’échappe tout le temps dans Destination New York,
    • Le chat qui s’échappe dans La Joconde a disparu,
    • Et bien sûr, Epaminondas, le chat aussi difficile que sa maîtresse, dans Le Client a toujours raison.

Un avis sur « Discussions »

  1. La série a connu une évolution vertigineuse, depuis les récits des premières années, où se mêlent aventures exotiques et intrigue sentimentale (les jeunes lectrices assistent à la formation du couple de Priscille et d’Olivier), jusqu’aux dernières histoires, dans lesquelles Gilles Capelle fait évoluer les jumelles dans un monde pop et clinquant, aux antipodes de celui de Priscille et Olivier.
    Il y a cependant une certaine logique dans cette évolution, car la série a été publiée dans une période (1957-1974) où la France a connu des transformations profondes. La France de 1957, c’est encore la IVe République, un empire colonial, un pays agricole, catholique, où les garçons et les filles sont élevés séparément, où hommes et femmes ont des tâches précises… La France de 1974, c’est une France beaucoup plus urbanisée, sans colonies, où les collèges et les lycées sont mixtes, où les féministes réclament l’égalité dans tous les domaines, où les questions sexuelles ne sont plus taboues, où la jeunesse conteste les valeurs traditionnelles…
    L’évolution de la série est donc aussi le reflet d’une évolution d’ensemble de la société, et à ce titre elle devrait intéresser les sociologues.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :